Rechercher

LE PREMIER PAS DE VOTRE VIE.

Mis à jour : avr. 21

Illustration Nell EOCHE.



Le premier pas de votre vie, vous vous en souvenez ? Non, bien-sûr ! Mais on vous en a probablement parlé. Ce premier pas a suscité de la joie, de la fierté, de l’admiration chez vos parents. Pour vous, c’était de la persévérance, de la ténacité, du courage… Mais vous avez oublié. S’en sont suivis des centaines, des milliers d’autres pas.

Notre vie est composée d’innombrables premiers pas suivis de milliers.


Enfant, lorsque vous changiez de classe ou d’établissement, ne vous êtes-vous pas posé mille et une questions, comme moi : « est-ce que je vais conserver mes amis, est-ce que l’institutrice va être gentille ? Est-ce que je vais me plaire dans cette classe ? Est-ce que je vais me faire de nouveaux amis ? ... »


Adolescent, ce sont les premiers amours qui déclenchent un flot de questionnements : « Est-ce que garçon accepterait de discuter avec moi ? Est-ce que je lui plais ? Est-ce qu’il va me dire oui ? ... »


Adulte, c’est la vie sociale qui interroge. Les questions sont toujours là. Elles diffèrent mais font toujours appel à votre courage, à votre ténacité, et à votre volonté. « Est-ce que j’arriverai à trouver un emploi ? Est-ce que ce travail va me plaire ? Est-ce que je vais réussir à m’intégrer ? … »


Chaque étape de votre vie, chaque décision a réclamé un premier pas, un saut dans l’inconnu ! Chaque pas vous responsabilise un peu plus.


Il y a des premiers pas qui vous relient à quelqu’un (comme la première fois que vous êtes allé vers cette personne et qui est devenu un ami ou une amie), à une situation, à un engagement (comme un contrat que l’on signe) ; et il y a les autres, tout aussi importants, qui provoquent des cassures, des ruptures (quelques fois difficiles, douloureuses, mais essentielles pour l’avenir).

Tout cela aura nécessité des premiers pas chargés de courage, de persévérance et aussi de peur. Mais vous l’avez fait ! Vous vous êtes à chaque fois transcendés. Vous avez trouvé en vous la force, les ressources. Vous pouvez en être fier (e).


Ces premiers pas qu’ils soient voulus ou imposés vous auront propulsé, vous, moi, vers de nouvelles relations, de nouveaux projets, de multiples expériences …


Et voilà, qu’aujourd’hui la peur vous tétanise à nouveau. Vous avez oublié. Vous voilà devant un dilemme. Faire un premier pas. Ce premier pas (qui n’en est pas vraiment un !) vous semble être le plus important de votre existence, il fait appel à votre courage et à votre motivation.

Pourtant vous le savez au fond de vous-même. L’immobilisme peut être contreproductif.


Jacques BREL disait à propos de l’immobilisme :

« Il n'y a qu'un seul luxe dans la vie, c'est de pouvoir se tromper... Ce qui m'irrite le plus, c'est la prudence, l'immobilisme. »

Et moi je rajoute « l’immobilisme constant est contreproductif. »


L’adulte que vous êtes devenu a peut-être oublié mais votre enfant intérieur, lui, sait et se souvient. Que vous raconte le petit garçon ou la petite fille que vous étiez ? Quel souvenir avez-vous de cette époque, quels étaient ses rêves ? De quoi a-t-elle ou a-t-il besoin ?


Un premier pas génère un mouvement. Le mouvement, c’est la vie ! C’est à vous de choisir. Vous détenez un grand pouvoir, le pouvoir de décider de faire ce premier pas. Osez, osez décider, osez être en vie ! Osez avancer sur le chemin qui est le vôtre.


Illustration Nell EOCHE https://www.art-therapie-lorient.com


Camille LE BOUTER (Décembre 2020)

30 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout